A 88 M euros, Aulas arrête les frais, mais défie le PSG

A 88 M euros, Aulas arrête les frais, mais défie le PSG

Twitter_@OL

C'est à l'occasion de la présentation de Jeff Reine-Adélaïde, dernier renfort de l'Olympique Lyonnais pour la modique somme de 25 M euros, que Jean-Michel Aulas a entériné la fin d'un mercato record. Du jamais vu depuis dix ans, mais le président en veut plus...  

"C'est surement la dernière fois que l'on se voit pour le mercato. On a déjà eu beaucoup de recrues." Jean-Michel Aulas a fermé a priori la tiroir-caisse pour ce mercato estival, appelé à marquer l'histoire de son club, qui vient de vivre en l'espace de quelques semaines seulement un chamboulement à tous les étages ou presque. Il n'y a que le patron qui reste, inamovible et sur de son projet.

Il faut dire que l'Olympique Lyonnais s'est fait plaisir sur ce marché des transferts, à l'image encore de sa dernière recrue, le séduisant international espoir Jeff Reine-Adélaïde (21 ans), "joueur plus créatif, un profil 8-10, polyvalent", "tête bien faite, il va nous faire du bien", décrit avec gourmandise par un Florian Maurice, recruteur en chef qui n'a pas chômé. L'ex-Angevin, facturé 25 M euros (+ 2,5 M euros de bonus et 15% à la revente), est en effet le sixième renfort enregistré cet été (avec Andersen, Lucas, Thiago Mendes, Koné, Tatarusanu). Pour un investissement total de 88 M euros, qui fait de ce mercato lyonnais le plus onéreux depuis dix ans (le précédent record datant de la saison 2009-2010 avec 81,7 M euros).    

133 M euros de recettes

"On a un projet qui est de grandir. Il faut investir", justifie Aulas, qui a aussi très bien vendu avec... 133 M euros de recettes (*). Plus fort encore que la saison passée (119,5 M euros). "Cela a commencé par le Stade. On va continuer à investir sur les prochains mercatos. On veut progresser." Le président lyonnais continue de voir grand et adresse même un message au PSG. "Il faut revenir tout en haut de la Ligue 1 et réussir de grandes performances en Ligue des champions."

Des ambitions qui passent par la (re)construction d'un effectif dense et riche, selon le voeu de Juninho, qui parle en expert de cette nécessité : "C'est la clé de savoir gérer tous ces joueurs ensemble, lance le Directeur sportif. Toutes les grandes équipes ont ce problème et il faut être capable de mobiliser tous les joueurs, que ce soit en L1, Ligue des Champions, Coupe de France, Coupe de la Ligue... Sans concurrence, on ne va rien gagner." Et d'avoir cette confidence sur sa carrière : "Ce ne sont pas mes adversaires qui m'ont fait progresser, mais mes partenaires. J'avais peur de laisser ma place."
--------------------------------
(*) Tanguy Ndombele (vendu 60M euros à Tottenham, acheté 8M euros), Ferland Mendy (vendu 48 + 5M euros de bonus au Real Madrid, acheté 6M euros) et Nabil Fekir (vendrdu 20M euros au Betis Seville, formé au club).

Newsweb





Revenir en Haut
Vous avez aimé cet vidéo ? Aidez nous en partageant sur

X